De Mouzaive au retour à Frahan…

C’est donc à Mouzaive que sera enregistré votre temps intermédiaire. Nous sommes alors à environ 27km de course…soit à mi-parcours !

Les accompagnateurs pourront se sustenter à la superbe petite terrasse de l’auberge « Mon Manège à toi ». L’endroit est parfait pour voir arriver et encourager vos chéri(e)s !

Au ravito, ne vous attendez pas à des merveilles…vous n’y trouverez que de l’eau !

La côte qui suit est sympa…à vélo. A pattes, elle ne devrait pas trop vous gêner…

Longue traversée sur le sommet parmi les genêts (en principe, à cette date-là en fleurs) pour redescendre ensuite vers l’ancienne ardoisière de Alle s/Semois.

Vous entrez dans la partie la plus sauvage du parcours. Les sensations sont bonnes, la nature vous offre ses plus subtils parfums, vous êtes dans l’âme du trail, heureux…et probablement un peu inconscient face à ce qui vous attend : les difficultés vont s’enchaîner de façon diabolique…

  • Grimpette sur les crêtes de Frahan (1e partie)
  • Descente sur le col
  • Grimpette sur les crêtes (2e partie)
  • « The Wall »…voir post précédent
  • « Les Echelles »
  • La Montée sur Botassart
  • Le gué du Moulin du Rivage
  • La Montée sur le « Tombeau du Géant »
  • Le gué du Moulin de l’Epine
  • La Montée du Moulin de l’Epine jusqu’au Belvédère
  • La folle descente sur Bouillon
  • La montée au Château

Oufti…faites de beaux rêves ;-)

A+

P@t

De Vivy à Mouzaive…

Continuons notre route sur le long parcours…

Arrivé au sommet à quelques encablures de Vivy (c’est le point le plus haut de labouill), vous empruntez un nouveau tronçon : une superbe petite vallée qui vous amènera au pied du village de Cornimont.

Le village a gardé toute son authenticité. Vous y trouverez un repère de sorcières dont la réputation s’étend bien au-delà des méandres de la Semois…

Les années précédentes, c’est à Cornimont que se trouvait le 1e ravitaillement après la bifurcation (24-50). Cette année, il vous faudra parcourir encore quelques kilomètres ;-(

Petit changement pour mieux équilibrer les portions avant et après le gueuleton !

Suit une très belle descente avec un splendide panorama sur la vallée entre Alle et Mouzaive

Mouzaive : sa passerelle, son ravito…et un p’tit resto sympa avec terrasse pour attendre vos chéris ou chéries !

A+

De Frahan à Vivy…

Alors que les « sprinteurs » du parcours 24 en décousent avec la p’tit montée sympa, les « diesels » repartent pour un p’tit tour tout aussi sympa…
Après la passerelle (juste après le ravito), virage à gauche, le long de la Semois.

Le sentier est génial : passerelles, gués, montagnes russes…un vrai parc d’attractions.

La montée qui suit n’est pas mal non plus, mais c’est légèrement moins festif !…

Petit retour vers la Semois avant d’entamer la plus longue montée du parcours toutes distances confondues : 4km, altitude au pied 210m, altitude au « sommet » 420m.

Gérable sur toute la longueur si vous avez pensé travailler votre condition physique avant de venir à Bouillon ;-)

En haut, vous êtes à 300m de Vivy.

A bientôt,

Du Tombeau au Château…

Au « Tombeau du Géant » se trouve votre dernier ravitaillement avant l’arrivée. N’espérez pas y trouver de quoi vous rassasier jusqu’au lendemain, vous n’y trouverez que du liquide. Ceci dit, il ne vous reste que 6km (c’est d’ailleurs par le chemin le plus court que vous rallierez Bouillon).

Belle petite descente pour plonger dans la Semois, car c’est précisément au pied du Tombeau que se situe le 1e passage pas gai ;-)

Petite précision d’importance, la nature étant la seule maîtresse de votre destin (ou presque), si ce jour-là la Semois fait des siennes, le bon vieux tronçon des années précédentes fera l’affaire !

Partons du principe que la maîtresse sera de bon poil, vous aurez l’immense plaisir de faire l’ascension du Tombeau et de connaître la vérité vraie et véridique du point sommital !!!

Louis Charpentier, donne, dans son livre « Le mystère des origines », une signification ésotérique au Tombeau du Géant dont il fait le point de convergence des droites unissant des lieux « isorés », et, chose troublante, le triangle dont la base relie Istres (Marseille) à la ville engloutie d’Ys (Quimper), a ses deux côtés équidistants de 700 km et son sommet est le Tombeau du Géant. La surface de ce triangle divise plusieurs fois par 17 la surface de la terre…

Il faut lire à ce propos l’excellent article de J-E Hallet : Loryhan et le Tombeau du Géant

Du sommet, une belle descente vous replongera dans la Semois pour un 2e passage à gué.

Mouillé, mais heureux, il ne vous reste plus qu’une petite montée (160m de D+) pour atteindre le Belvédère…

…et profiter du panorama sur Bouillon, ville de vos exploits !

Bonne fin d’année et rendez-vous en janvier pour les détails du parcours 54 un peu plus long chaque année…

P@t

« Le Tombeau du Géant »

C’est probablement le plus beau panorama de Belgique…le site est classé.

Après avoir quitté « les Falloises », le parcours devient plus raisonnable ;-) . Des paysages tout aussi magiques, quelques montées tout aussi casse-pattes, quelques descentes où votre vigilance sera encore mise à contribution… en tout 4km pour enfin découvrir « Le Tombeau du Géant » !

A l’époque romaine, les armées de Jules César envahissent nos contrées. Les Gaulois sont battus par la “furia romana” lors de la bataille de la Sambre. On raconte que c’est de la faute des Namurois, arrivés en retard… Pour les prisonniers gaulois, un seul sort: les arènes de Rome, autrement dit la fosse-aux-lions.

Un géant, originaire de Trêves, est fait prisonnier. Cet homme ne voulant pas partir pour Rome s’enfuit. Les cavaliers de Labienus, centurion de César, se lancent à sa poursuite. A plusieurs reprises, le géant parvient à leur échapper. Mais soudain, arrivé en bord de Semois au lieu-dit “Rocher des Gattes”, le géant s’aperçoit que les cavaliers lui ont coupé la retraite.

Pris au piège et préférant la mort, il se jette dans le vide, du haut du rocher. Le lendemain matin, un vieil homme, habitant de Botassart retrouve son cadavre.

Les villageois ébahis par le courage manifesté par ce “grand homme” tout autant que par sa taille, décident de l’enterrer dans cette boucle formée par un méandre de la Semois.

Depuis lors, cette colline porte le nom de ”Tombeau du Géant”.

A plus tard et Joyeux Noël !